La mouïna martinique n°5 : Les paysages martiniquais

  • Auteur : CAUE de la Martinique
  • Année : 2009
  • ISSN/ISBN : 1960/9736
  • Pages : 32

Depuis la période préhistorique, les peintres paysagistes tentent inlassablement de reproduire une grande variété de paysages.

Néanmoins, ces représentations varient en fonction des individus, sociétés, classes sociales et modes de vie.

Par ailleurs, la perception du paysage diffère selonla position géographique de l’observateur. En effet, la perception d’un paysage vu du ciel (en avion ou parimage satellitaire) n’est pas la même si l’observationse fait à partir d’un bateau longeant un littoral. Enfin, le paysage évolue dans le temps. La luminosité d’un paysage à reproduire le matin, n’est pas le même en fin d’après-midi.

Par conséquent, un paysage est en perpétuel changement. Cet ensemble de modifications, dépendant d’une multitude de facteurs humains et géophysiques,constitue des dynamiques paysagères. La reproduction d’un paysage sur une toile, nécessitant plusieurs heures pour sa réalisation, ne peut être une copie exacte de la réalité par rapport à la modification constante des éléments paysagers à reproduire, mais également en fonction de la subjectivité du regard du peintre qui peut attribuer plus d’importance à un ou plusieurs éléments qu’à d’autres.

Ainsi, la photographie et les images satellitaires montrent davantage l’état réeld’un paysage à un moment bien déterminé.

Télécharger le document
Calendrier des permanences

Newsletter logotype Kaz pawol